Au carré THV
Regard sur la création havraise

Du 24 février au 24 mars 2018
Théâtre de l'hôtel de ville

Le Havre ville d’art et de culture La Ville du Havre a souhaité rendre hommage à ces artistes Havrais qui ont marqué l’histoire de la peinture et de la sculpture. Le Théâtre de l’Hôtel de Ville accueille, en ce début d’année 2018, quelques œuvres représentatives de la diversité et de la qualité des créations plastiques au Havre de 1950 à 1970. Héritiers de la tradition artistique havraise et de son enseignement, les jeunes peintres de l’après-guerre suivent Albert Copieux ou Georges Gonthier leurs professeurs. Ils côtoient Fred Pailhès ou Maurice Mélissent. Ils se nomment Roger Guerrant, Richard Le Cieux, André Legallais, Claude Le Ricle… Au sein de l’Union Havraise des Arts Plastiques ou au Salon des artistes ouvriers, ils rencontrent Fernand Decaix, Claude Gaignoux, Raymond Gosselin, André Legoupil, Jean Maufay, Charles Nicolle puis les plus jeunes : Philippe Argentin, Daniel Brindel, Jacques Boscherel, Gérard Chavigny, Christian Dalibert, Jean-Pierre Germain, Michel Hartmann, Michel Saunier…

Reynold Arnould, Havrais et peintre lui aussi, devient, en 1952, conservateur en
charge des musées du Havre. Jusqu’en 1965, sa politique d’accueil de la création
contemporaine et la préfiguration d’un musée-maison de la culture ouvert à « l’art
vivant d’aujourd’hui et de demain », permettent aux Havrais de découvrir l’actualité
artistique française en particulier à travers les artistes de « L’école de Paris »
(Gromaire, Manessier, Singier, Walch…). Il réserve les cimaises du musée des Beaux-
Arts plusieurs fois dans l’année pour les salons des artistes havrais ou celui de dessin
et de peinture.
Les galeries jouent également ce rôle dont la galerie Hamon qui présente jusque dans
les années 70 le Salon d’automne doté de plusieurs prix.
Cette tradition havraise de création plastique et d’exposition de la création
contemporaine est aujourd’hui toujours vivante, grâce aux institutions mais également
aux initiatives privées dont Le Havre peut s’enorgueillir.